blog-image

Maintenant l’Afrique

Maintenant l’Afrique rompt avec les entraves de l’unicentricité d’un art contemporain et invite à se démarquer de son ontologie, pour aller vers des pratiques dépassant la légitimation des structures exogènes, afin de défier encore une fois leurs limites. Ici, il est question d’un cadre conceptuel d’incarnation au sein duquel le créateur devient un médiateur servant à canaliser l’abondante énergie provenant des contemporanéités africaines. Le défi que pose Maintenant l’Afrique face aux limites des discours périmés trouve un écho dans la dénonciation de cette vision erronée d’une hégémonie intellectuelle qui se veut l’idéal du XXIe siècle.

blog-image

PRETE-MOI TON REVE LA COLLECTION PANAFRICAINE

Prête-moi ton rêve remarquablement conçue à Casablanca par la Fondation pour le Développement de la Culture contemporaine africaine trouve tout naturellement sa place au MCN qui sera la première étape d’une itinérance qui contribuera à promouvoir davantage la production contemporaine africaine. Elle sera naturellement en dialogue avec les Grandes œuvres de la Biennale de Dakar qui a servi de révélateur à plusieurs artistes qui ont participé à l’exposition Prête-moi ton Rêve de Casablanca.

blog-image

L’Appropriation des Religions Abrahamiques

Parmi les influences extérieures que les sociétés africaines ont eu à subir au cours de leur évolution et qui ont profondément marqué leur destin, l’Islam n’en est pas la moindre de par son idéologie et ses institutions. Le Darussalam, le royaume de la paix, se superpose à l’Empire colonial. Ici, l’Islam est soufi—Islam des sectes et des confréries —un effort pour dépasser le formalisme et prévenir la décadence qui menace la foi, par un développement spirituel, un approfondissement de la vie intérieure.

blog-image

LE DIALOGUE DES MASQUES

L’objectif c’est de faire dialoguer des masques africains, européens, asiatiques, pré-colombiens et afro-brésiliens. L’idée principale est qu’ils transmettent différemment le même message ; « l’unité dans la diversité » dont notre monde a si grandement besoin.
blog-image

L’ecole de Dakar

Constituée de 170 tableaux de 18 artistes, la Collection Barbier est un des ensembles les plus importants de cette période de l’art contemporain du Sénégal, période qui s’identifie à la naissance d’une histoire de l’art connue comme « L’Ecole De Dakar », qui se situe entre les années 1965 et 1985. Jean Henry Barbier, français résident au Sénégal depuis 1948, décide en 2009 de retourner prendre sa retraite en France. Il emmène avec lui plus de deux-cent cinquante œuvres qu’il avait acquis auprès des artistes sénégalais. Quelques années plus tard, Barbier décide de faire revenir à Dakar ses œuvres et les confie à la Société Eiffage, convaincu de l’engagement d’Eiffage dans l’art et la culture, du sérieux dont l’entreprise fera montre dans la gestion des œuvres données. Son geste constitue un exemple de « restitution privée », un des premiers actes réfléchi de faire revenir des œuvres, pourtant légalement acquises, dans le lieu de leur création.

blog-image

Émergence de la campagne chinoise

Le Musée des Civilisations Noires et l’Université des Beaux-arts de Shanghai ont organisé conjointement le vernissage de l’exposition L’ÉMERGENCE DE LA CAMPAGNE CHINOISE_. Cet événement à vu la présence de M. Abdoulaye Diop, Ministre de la Culture et de la Communication, de S. E. M. Zhang Xun, Ambassadeur de la République Populaire de la Chine ainsi que de nombreuses autres personnalités.

blog-image

Les tissus de notre societé

Dès 5000 avant l’ère commune, les anciens Égyptiens ont commencé à cultiver et à tisser le lin. Une vieille poterie trouvée à Badari montre une représentation d’un métier à tisser datant de cette période, tandis qu’une image de la 12e dynastie de la tombe de Khnumhotep montre des tisserands utilisant un métier horizontal (vers 2400 avant l’ère commune. Les Nubiens avaient une industrie textile florissante, attestée par les images des pyramides de Méroé, celles de la grande reine Amanishakheto, ainsi que du pharaon Piye.
Plus tard avec l’épanouissement de plusieurs autres civilisations africaines, le coton est devenu un tissu plus communément utilisé.

blog-image

Femmes noires et production de savoirs

Les femmes noires ont apporté une contribution significative à l’éducation, à l’épanouissement et à l’avancement de leurs sociétés sur le continent et dans la diaspora. Elles ont participé aux combats anticoloniaux en tant que syndicalistes, leaders politiques et militantes aux plus hauts niveaux. Elles ont combattu dans des mouvements de libération aux côtés des hommes en tant que stratèges. Elles ont pris la direction des combats quand c’était nécessaire. Dans le monde contemporain, les femmes noires continuent de faire preuve de leadership politique et intellectuel et d’affirmer leur autonomie sociale et culturelle.

blog-image

Mondialisation de la Négritude

L’arrachement des Africains à leur continent vers les Amériques, le Moyen Orient et l’Asie à travers l’esclavage transatlantique, transsaharien et de l’Océan indien est considéré comme le crime contre l’humanité le plus abject. Des millions de personnes ont été déracinées, arrachées à leur famille à leurs communauté et déposées, dans des circonstances extrêmement brutales, sur des terres étrangères. La mondialisation de la Négritude, en tant qu’opératrice du rappel historico-culturel, représente le processus mental de récupération, de recréation et de défragmentation dans le but de se situer dans un espace et un lieu de complétude ontologique et épistémologique pour comprendre qui nous sommes et comment sommes-nous arrivés à nous connaître et à être.

Fièrement propulsé par WordPress | Thème : Spiko Dark par Spicethemes